les-tourneix-font-du-bruit_image_article_large

Les Tourneix font du bruit – Article de la NR du 17 Novembre

Les premières critiques publiques d’élus contre le projet de Pôle des sports mécaniques ont marqué le conseil communautaire, vendredi.

En attendant le lancement de l’enquête publique, sans doute au début du mois de janvier, l’ombre des Tourneix a plané sur le conseil communautaire, vendredi. C’est un simple rapport sur la situation de la Communauté d’agglomération castelroussine en matière de développement durable qui a mis le feu aux poudres.

Gil Avérous : «  Je suis pour ce projet, il y aura des retombées  »

« Ce rapport doit s’appliquer à l’ensemble de la communauté. Cependant, en autorisant l’implantation du circuit automobile aux Tourneix, vous allez à l’encontre de l’agenda 21, a déclaré Nathalie Pavelzyk, une élue déoloise, opposée au projet de Pôle des sports mécaniques financé par la société Promo-Saxe. Je ne vois pas comment nous pouvons préserver la biodiversité en détruisant la faune et la flore sur ce site, en la remplaçant par du bitume. Comment assurer l’épanouissement des habitants, notamment ceux de Saint-Maur Bel Air et Luant lorsque le bruit des moteurs aura remplacé le calme actuel. Le promoteur annonçant même son objectif d’ouvrir le circuit, la nuit. »
Dans un premier temps, le président de la Cac, Gil Avérous, a rappelé que le sujet concernait la ville de Châteauroux, propriétaire du terrain, et non la Cac. « Ce n’est pas vraiment à l’ordre du jour. » Dans un second temps, il s’est fait plus précis : « Je pense que l’analyse que vous en faites est réductrice au regard des études réalisées et des efforts faits par le promoteur. C’est un projet que nous soutiendrons avec le reclassement des activités existantes ». François Jolivet, maire de Saint-Maur, qui refuse de se « prononcer sur le fond », a voulu éteindre le début d’incendie en précisant « que toutes les parties pourraient s’exprimer à l’occasion de l’enquête publique ». Mais c’était sans compter sur Jean Petitprêtre, maire du Poinçonnet : « Je partage les questionnements de la collègue de Déols ! Je rappelle que Le Poinçonnet n’est pas si éloigné que ça du circuit des Tourneix. Nous avons également un certain nombre d’habitants qui sont membres des associations. J’ajoute que les questionnements concernent toute l’agglomération, avec des communes comme Luant ». Gil Avérous a tenté, une nouvelle fois, de jouer les pompiers : « Il n’y a jamais eu d’enquête publique lors de l’installation des associations existantes aux Tourneix. Tout le monde s’en accommodait. Moi, je fais partie des élus qui veulent se battre pour le développement du territoire. Je suis pour ce projet, il y aura des retombées économiques ». C’est le maire de Luant, Didier Duvergne, qui a eu le mot de la fin en rappelant que son conseil municipal avait émis un avis défavorable (lire « repères »).

repères

Luant est contre. Lors de la séance du 13 octobre, le conseil municipal de la commune a émis un avis défavorable par dix votes pour (l’avis défavorable) ; deux contre et une abstention au projet de Pôle des sports mécaniques. « Si Luant n’est pas impliquée dans ce projet, qui n’est pas sur sa commune, ce sera la première commune impactée, car c’est elle qui se trouve le plus près du circuit », est-il écrit dans la délibération qui souligne « les incohérences du projet, les impacts sur le milieu naturel et humain, l’absence totale de concertation entre le promoteur et la commune de Luant, la plus impactée physiquement par ce projet. »

Xavier Benoit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *