Archives de catégorie : Uncategorized

Nouvelle Manifestation, samedi 17 janvier 2015 à 9h

Une nouvelle manifestation est organisée à Chateauroux sur le mail Saint Gildas, le samedi 17 janvier 2015 à 9h, pendant l’enquête publique.

MOBILISONS-NOUS !

manifestation adestLa demande de permis de construire et d’aménager le circuit automobile des Tourneix est en fin d’instruction par les services de l’État.

l’étape suivante est l’enquête publique.

Il faut agir avant qu’il ne soit trop tard !
Et faire comprendre pendant l’enquête publique que nous voulons sauver notre environnement, notre tranquillité, et notre cadre de vie.

la manifestation sera suivie d’un verre de l’amitié 🙂

Inscrivez-vous à l‘événement sur Facebook !

Les Tourneix font du bruit – Article de la NR du 17 Novembre

Les premières critiques publiques d’élus contre le projet de Pôle des sports mécaniques ont marqué le conseil communautaire, vendredi.

En attendant le lancement de l’enquête publique, sans doute au début du mois de janvier, l’ombre des Tourneix a plané sur le conseil communautaire, vendredi. C’est un simple rapport sur la situation de la Communauté d’agglomération castelroussine en matière de développement durable qui a mis le feu aux poudres.

Gil Avérous : «  Je suis pour ce projet, il y aura des retombées  »

« Ce rapport doit s’appliquer à l’ensemble de la communauté. Cependant, en autorisant l’implantation du circuit automobile aux Tourneix, vous allez à l’encontre de l’agenda 21, a déclaré Nathalie Pavelzyk, une élue déoloise, opposée au projet de Pôle des sports mécaniques financé par la société Promo-Saxe. Je ne vois pas comment nous pouvons préserver la biodiversité en détruisant la faune et la flore sur ce site, en la remplaçant par du bitume. Comment assurer l’épanouissement des habitants, notamment ceux de Saint-Maur Bel Air et Luant lorsque le bruit des moteurs aura remplacé le calme actuel. Le promoteur annonçant même son objectif d’ouvrir le circuit, la nuit. »
Dans un premier temps, le président de la Cac, Gil Avérous, a rappelé que le sujet concernait la ville de Châteauroux, propriétaire du terrain, et non la Cac. « Ce n’est pas vraiment à l’ordre du jour. » Dans un second temps, il s’est fait plus précis : « Je pense que l’analyse que vous en faites est réductrice au regard des études réalisées et des efforts faits par le promoteur. C’est un projet que nous soutiendrons avec le reclassement des activités existantes ». François Jolivet, maire de Saint-Maur, qui refuse de se « prononcer sur le fond », a voulu éteindre le début d’incendie en précisant « que toutes les parties pourraient s’exprimer à l’occasion de l’enquête publique ». Mais c’était sans compter sur Jean Petitprêtre, maire du Poinçonnet : « Je partage les questionnements de la collègue de Déols ! Je rappelle que Le Poinçonnet n’est pas si éloigné que ça du circuit des Tourneix. Nous avons également un certain nombre d’habitants qui sont membres des associations. J’ajoute que les questionnements concernent toute l’agglomération, avec des communes comme Luant ». Gil Avérous a tenté, une nouvelle fois, de jouer les pompiers : « Il n’y a jamais eu d’enquête publique lors de l’installation des associations existantes aux Tourneix. Tout le monde s’en accommodait. Moi, je fais partie des élus qui veulent se battre pour le développement du territoire. Je suis pour ce projet, il y aura des retombées économiques ». C’est le maire de Luant, Didier Duvergne, qui a eu le mot de la fin en rappelant que son conseil municipal avait émis un avis défavorable (lire « repères »).

repères

Luant est contre. Lors de la séance du 13 octobre, le conseil municipal de la commune a émis un avis défavorable par dix votes pour (l’avis défavorable) ; deux contre et une abstention au projet de Pôle des sports mécaniques. « Si Luant n’est pas impliquée dans ce projet, qui n’est pas sur sa commune, ce sera la première commune impactée, car c’est elle qui se trouve le plus près du circuit », est-il écrit dans la délibération qui souligne « les incohérences du projet, les impacts sur le milieu naturel et humain, l’absence totale de concertation entre le promoteur et la commune de Luant, la plus impactée physiquement par ce projet. »

Xavier Benoit

A lire également l’article « Tant d’émotions, si naturelles » de Michel Guilbert sur son blog

http://moeursethumeurs.blogspot.fr/2014/10/tant-demotions-si-naturelles.html

Extrait :

« L’automne est là. Les feuilles tombent, le moral de l’homme aussi. La France est morose. Elle a l’impression d’aller à vau l’eau ou même de régresser. Elle a tort. Les projets économiques novateurs n’y manquent pas. Trois exemples parmi d’autres.

En Indre, à deux pas de Châteauroux, aux portes du Parc naturel régional de la Brenne, se développe un projet qui place « l’environnement et la nature en pôle position » (1). Un jardin public? Une réserve naturelle? Un village de vacances écolo? Un Futuroscope axé sur la nature? Mieux que cela: le « Pôle des sports mécaniques du Centre ». Le promoteur entend créer une piste asphaltée de trois kilomètres de long, ainsi qu’une piste pour les essais de constructeurs et des compétitions auto et moto, plus toutes les infrastructures nécessaires à ce type d’activité. Le tout sur 80 hectares, entre deux étangs. Sur l’une des pistes, les véhicules pourront atteindre la vitesse de 270 km/h. La nature? Elle sera préservée au maximum, assure le promoteur qui plantera, en plus de l’existant, des arbres, des arbustes et des haies. Même sur les parkings. Et, assure-t-il, « les bulldozers ne passeront pas quand ils veulent: ils laisseront les cistudes (2) et les tritons se reproduire ». Les véhicules de course en feront-ils autant? Arrêtera-t-on les compétitions pour laisser les batraciens traverser la piste? Non, le promoteur a pensé à tout: « les véhicules qui seront utilisés sur les différentes pistes ne devront pas dépasser le seuil légal de 95 décibels, soit le bruit d’une tondeuse à gazon » (3). Et ça, c’est vraiment génial, parce que si vous avez cinq, dix, quinze tondeuses à gazon qui tournent à longueur de journée, les animaux resteront terrés là où ils sont à l’abri. Et la nature sera préservée. Les habitants? Ils vivent loin de là, paraît-il. En tout cas, à plusieurs centaines mètres. Et on érigera des merlons pour atténuer le bruit (4). L’environnement et la nature en pôle position, on vous dit. »

La Nouvelle République du 8 Novembre – Tourneix :  » Le circuit me fait craindre le pire « 

Jacques Blin, du Poinçonnet, ne cache pas son inquiétude sur l’impact environnemental du projet de circuit automobile aux Tourneix.

Il me semble difficile, voire impossible, de concilier environnement, nature avec un tel projet (1), le Parc naturel régional de la Brenne étant à proximité. Il n’y a que sur le papier que l’on peut exprimer de telles incohérences (sur le terrain, il en sera tout autrement). Je ne pense pas qu’avec 64 mares créées, les crapauds et grenouilles viendront s’y reproduire avec un tel bruit, de même pour la reproduction des oiseaux. C’est un désert faunistique annoncé !

«  Un sport très polluant  »

Une étude sur le bruit payée par le promoteur me laisse dubitatif : on peut espérer la plus grande objectivité ! Quand 30 tondeuses à gazon fonctionnent en même temps, est-ce que cela donne toujours 95 décibels ? Des dérogations sont exprimées, on peut craindre le pire dans la durée ! A aucun moment n’est évoquée la pollution de l’air alors qu’on nous rabat les oreilles depuis des années avec le réchauffement climatique, les particules atmosphériques, l’écotaxe, etc. C’est sans doute l’un des sports les plus polluants qui existe.
On nous demande d’adopter à longueurs de pages médiatiques, par tous les moyens qui soient, radio, télé, journaux, un comportement éco-responsable, en voiture, pour moins polluer, il me semble donc tout à fait logique de promouvoir les sports mécaniques, non ?
Le soutien du ministère de l’Écologie est pour le moins surprenant, mais en ces temps où tout et son contraire sont monnaie courante, nous ne sommes plus à une incohérence près. Et puis, quand il s’agit d’un projet de 15 millions d’euros, ça aide très certainement à donner un avis favorable. Mais quel sera, au final, l’impact économique sur le département mise à part l’éventuelle création de 8 emplois ? Pour finir cette liste d’incohérences désespérantes, un rapport de 1.000 pages que pas grand monde ne va lire dans son intégralité. En Brenne, il y a des couleuvres, certes, mais certaines ne sont vraiment pas faciles à avaler.

(1) Le mandataire du promoteur avait détaillé différents aspects du projet, y compris environnemental, dans notre édition du 23 octobre.

La Nouvelle République du 8 septembre 2014 – Tourneix : les opposants ont fait leur rentrée

 

L'Adest a fait sa rentrée autour d'un barbecue. - L'Adest a fait sa rentrée autour d'un barbecue.L'Adest a fait sa rentrée autour d'un barbecue.

Michel Christophe (à droite) a motivé ses troupes. - Michel Christophe (à droite) a motivé ses troupes. - (dr)Michel Christophe (à droite) a motivé ses troupes. - (dr)

L’Adest a fait sa rentrée autour d’un barbecue.

Saint-Maur. Les opposants de l’Adest restent mobilisés contre le Pôle des sports mécaniques. Ils étaient cent vingt, hier, autour d’un barbecue militant.

L’Association de défense de l’environnement du site des Tourneix (Adest) a fait une rentrée originale, hier midi. A proximité du parc accrobranche de Laleuf loisirs, cent vingt opposants au projet de Pôle des sports mécaniques (lire « repères ») ont partagé un barbecue militant.
Malgré l’été et le manque d’informations sur l’ouverture probable d’une enquête publique ces prochaines semaines, les militants ne désarment pas. Et leur président, Michel Christophe, non plus. Debout sur une table, il a motivé ses troupes. « Vous prendrez des pétitions et vous les ramènerez, pleines, pour le 3 octobre, à l’occasion de l’assemblée générale de l’association. Nous les additionnerons à celles déjà envoyées au ministère de l’Écologie. Je vous demande aussi de réfléchir aux arguments dont vous vous servirez pour l’enquête publique. »

Le président de l’Adest a ensuite dressé un réquisitoire contre le projet de Promo Saxe.

«  Négligence législative et carence politique  »

Tout le monde a été épinglé. « Il y a une négligence législative. Avec de l’argent, tout devient possible, on peut se permettre une destruction illimitée sur un site dit protégé ; il y a une carence politique ? Que ce soit au niveau national ou local, les questions posées par l’Adest sont restées sans réponse. A croire que tout le monde s’en f… ! Quant au niveau local, c’est silence radio et courage, fuyons ! » Michel Christophe a notamment regretté l’absence de soutien du maire de Saint-Maur. « Pourquoi la salle des fêtes de cette commune n’est-elle pas prêtée à l’association ? » Michel Christophe l’a dit et martelé aux militants : « Non à la destruction des Tourneix visant à évincer les activités existantes ».

repères

Le projet de Pôle des sports mécaniques a été initié par l’investisseur privé, Promo-Saxe, depuis 2009.
La société PGO ingénierie a été missionnée pour mettre en place ce projet. Le coût est évalué à plus de 10 millions d’euros.
Après les différentes études, le lancement de l’enquête publique semble imminent.

source : http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2014/09/08/Tourneix-les-opposants-ont-fait-leur-rentree-2037542

 

Dernières nouvelles et invitation au barbecue du 7 septembre 2014

Le projet de circuit suit son cours et nous restons vigilants et attentifs. L’instruction de la demande de permis d’aménager par les services de l’Etat semble arriver à son terme et l’enquête publique se profile pour la rentrée. C’est à ce moment que tous les adhérents à l’ADEST et les sympathisants devront donner leur avis sur le registre qui sera mis à la disposition de chacun à la mairie de St Maur.Nos prochains rendez-vous :

Un barbecue convivial le dimanche 7 septembre à partir de 12h30

Dans le parc de l’accrobranche de Laleuf (à proximité du site des Tourneix, D 104 à St Maur)Participation : 5 euros par personne incluant, pour ceux qui le souhaitent, une initiation dès 11h au parcours aventure dans les arbres.

Réservation souhaitée : laleuf36@gmail.fr ou 02-54-27-19-69

Notre assemblée générale annuelle le vendredi 3 octobre à 20h30 Salle des fêtes de Luant

Pensez, si vous ne l’avez déjà fait, à renouveler votre adhésion pour l’année 2014 ou à devenir adhérents si vous le souhaitez.Nous comptons sur votre soutien et votre participation à nos actions pour montrer le dynamisme de notre association et l’attachement de tous à la qualité de vie des habitants, à la préservation de l’environnement et au maintien des activités de nos jeunes sur le site et à proximité.

 

La Nouvelle République du 19 mai 2014 – Tourneix : l’Adest grogne

Le projet de Pôle des sports mécaniques, défendu dans nos colonnes par Jean-Jacques Oliva, renforce la motivation de ses opposants.

L‘Association de défense de l’environnement et du site des Tourneix n’a pas l’intention de baisser les bras face au projet de Pôle des sports mécaniques. C’est en substance, ce que son président, Michel Christophe, affirme suite aux propos du représentant du promoteur Promo-Saxe, Jean-Jacques Oliva, dans nos colonnes (NR du 7 mai).

«  Impensable d’abandonner notre région  »

« Il y a maintenant quatre ans, la précédente municipalité de Châteauroux a décidé de vendre les Tourneix, rappelle Michel Christophe, président de l’Adest. Cette décision a été prise en méconnaissance totale des conséquences sociales, économiques et environnementales du projet d’implantation d’un circuit automobile sur ce site. Sa seule et inexacte justification, en guise de «  miroir aux alouettes  », serait le développement économique et l’emploi. Il suffit de se rendre, parmi de nombreux autres exemples qui pourraient être cités, sur le proche circuit du Vigeant (Vienne), pour se rendre compte de l’état de tristesse et de profond abandon de la campagne environnante et de l’absence de tout développement.-
« Pire encore, la réalisation du projet ne manquera pas de fragiliser, voir d’anéantir les nombreuses activités ludiques qui se sont développées au fil du temps », affirme Michel Christophe qui n’a pas apprécié que le représentant du promoteur « réapparaisse pour nous annoncer la funeste bonne nouvelle ».
Le président de l’Adest s’interroge à haute voix sur l’avancée supposée du projet : « Quelle surface disponible, autre que celle réservée au moto-cross, pour satisfaire aux mesures compensatoires ? Aucune. Le reclassement des associations existantes n’est-il pas une condition suspensive de la vente ? Peut-on sérieusement imaginer la coexistence durable entre bolides et enfants pratiquant le BMX ? Pourquoi maquiller le projet sous la forme d’une «  restructuration  » alors qu’il s’agit de raser tout l’existant, créé et payé par le contribuable, pour le remplacer intégralement par une nouvelle structure ? »
Michel Christophe se demande aussi où sont passés les partisans du projet. « Pendant la campagne électorale, nous n’en avons vu ni entendu aucun. Quant à l’association Pour un circuit à Châteauroux, quelles actions, quelles manifestations a-t-elle entrepris ? Aucune. »
Quant aux recours abusifs et à la loi Duflot, le président de l’Adest enrage : « Le promoteur imagine déjà le projet autorisé et attaqué, alors que l’autorisation n’est pas accordée. A cet égard, on ne voit pas comment la Dreal aurait donné quelque avis favorable sur un projet qui a été retiré et qui n’existe juridiquement pas. Si tel était le cas, il préjuge que les recours seraient abusifs. Or, si, par extraordinaire, du fait de la passivité de certains élus et décideurs locaux, un tel projet était autorisé, non seulement tout recours contre une telle décision serait bienvenu et fondé, mais ce serait alors une obligation morale pour nous tous de l’exercer. Il est impensable d’abandonner notre région et l’avenir de nos enfants à une activité bruyante, polluante et en décalage complet face aux graves enjeux environnementaux auxquels la planète entière est confrontée. »

X.B.

Notre action se poursuit!

Un grand merci à tous ceux qui ont pu, malgré le mauvais temps, participer à notre manifestation du 22 février au cours de laquelle nous avons déposé à la préfecture une pétition regroupant 2000 signatures.

Le projet de circuit automobile est toujours à l’étude et va probablement s’accélérer après les élections municipales.

Nous comptons sur chacun d’entre vous, adhérent ou sympathisant, pour expliquer autour de vous le caractère antisocial et antilocal de ce projet ainsi que ses multiples nuisances. Le moment venu, soyons le plus nombreux possible à manifester notre désapprobation profonde au cours de l’enquête publique.

Nous existons, montrons le!