La Nouvelle République du 8 Novembre – Tourneix :  » Le circuit me fait craindre le pire « 

Jacques Blin, du Poinçonnet, ne cache pas son inquiétude sur l’impact environnemental du projet de circuit automobile aux Tourneix.

Il me semble difficile, voire impossible, de concilier environnement, nature avec un tel projet (1), le Parc naturel régional de la Brenne étant à proximité. Il n’y a que sur le papier que l’on peut exprimer de telles incohérences (sur le terrain, il en sera tout autrement). Je ne pense pas qu’avec 64 mares créées, les crapauds et grenouilles viendront s’y reproduire avec un tel bruit, de même pour la reproduction des oiseaux. C’est un désert faunistique annoncé !

«  Un sport très polluant  »

Une étude sur le bruit payée par le promoteur me laisse dubitatif : on peut espérer la plus grande objectivité ! Quand 30 tondeuses à gazon fonctionnent en même temps, est-ce que cela donne toujours 95 décibels ? Des dérogations sont exprimées, on peut craindre le pire dans la durée ! A aucun moment n’est évoquée la pollution de l’air alors qu’on nous rabat les oreilles depuis des années avec le réchauffement climatique, les particules atmosphériques, l’écotaxe, etc. C’est sans doute l’un des sports les plus polluants qui existe.
On nous demande d’adopter à longueurs de pages médiatiques, par tous les moyens qui soient, radio, télé, journaux, un comportement éco-responsable, en voiture, pour moins polluer, il me semble donc tout à fait logique de promouvoir les sports mécaniques, non ?
Le soutien du ministère de l’Écologie est pour le moins surprenant, mais en ces temps où tout et son contraire sont monnaie courante, nous ne sommes plus à une incohérence près. Et puis, quand il s’agit d’un projet de 15 millions d’euros, ça aide très certainement à donner un avis favorable. Mais quel sera, au final, l’impact économique sur le département mise à part l’éventuelle création de 8 emplois ? Pour finir cette liste d’incohérences désespérantes, un rapport de 1.000 pages que pas grand monde ne va lire dans son intégralité. En Brenne, il y a des couleuvres, certes, mais certaines ne sont vraiment pas faciles à avaler.

(1) Le mandataire du promoteur avait détaillé différents aspects du projet, y compris environnemental, dans notre édition du 23 octobre.

La Nouvelle République du 8 septembre 2014 – Tourneix : les opposants ont fait leur rentrée

 

L'Adest a fait sa rentrée autour d'un barbecue. - L'Adest a fait sa rentrée autour d'un barbecue.L'Adest a fait sa rentrée autour d'un barbecue.

Michel Christophe (à droite) a motivé ses troupes. - Michel Christophe (à droite) a motivé ses troupes. - (dr)Michel Christophe (à droite) a motivé ses troupes. - (dr)

L’Adest a fait sa rentrée autour d’un barbecue.

Saint-Maur. Les opposants de l’Adest restent mobilisés contre le Pôle des sports mécaniques. Ils étaient cent vingt, hier, autour d’un barbecue militant.

L’Association de défense de l’environnement du site des Tourneix (Adest) a fait une rentrée originale, hier midi. A proximité du parc accrobranche de Laleuf loisirs, cent vingt opposants au projet de Pôle des sports mécaniques (lire « repères ») ont partagé un barbecue militant.
Malgré l’été et le manque d’informations sur l’ouverture probable d’une enquête publique ces prochaines semaines, les militants ne désarment pas. Et leur président, Michel Christophe, non plus. Debout sur une table, il a motivé ses troupes. « Vous prendrez des pétitions et vous les ramènerez, pleines, pour le 3 octobre, à l’occasion de l’assemblée générale de l’association. Nous les additionnerons à celles déjà envoyées au ministère de l’Écologie. Je vous demande aussi de réfléchir aux arguments dont vous vous servirez pour l’enquête publique. »

Le président de l’Adest a ensuite dressé un réquisitoire contre le projet de Promo Saxe.

«  Négligence législative et carence politique  »

Tout le monde a été épinglé. « Il y a une négligence législative. Avec de l’argent, tout devient possible, on peut se permettre une destruction illimitée sur un site dit protégé ; il y a une carence politique ? Que ce soit au niveau national ou local, les questions posées par l’Adest sont restées sans réponse. A croire que tout le monde s’en f… ! Quant au niveau local, c’est silence radio et courage, fuyons ! » Michel Christophe a notamment regretté l’absence de soutien du maire de Saint-Maur. « Pourquoi la salle des fêtes de cette commune n’est-elle pas prêtée à l’association ? » Michel Christophe l’a dit et martelé aux militants : « Non à la destruction des Tourneix visant à évincer les activités existantes ».

repères

Le projet de Pôle des sports mécaniques a été initié par l’investisseur privé, Promo-Saxe, depuis 2009.
La société PGO ingénierie a été missionnée pour mettre en place ce projet. Le coût est évalué à plus de 10 millions d’euros.
Après les différentes études, le lancement de l’enquête publique semble imminent.

source : http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2014/09/08/Tourneix-les-opposants-ont-fait-leur-rentree-2037542

 

Dernières nouvelles et invitation au barbecue du 7 septembre 2014

Le projet de circuit suit son cours et nous restons vigilants et attentifs. L’instruction de la demande de permis d’aménager par les services de l’Etat semble arriver à son terme et l’enquête publique se profile pour la rentrée. C’est à ce moment que tous les adhérents à l’ADEST et les sympathisants devront donner leur avis sur le registre qui sera mis à la disposition de chacun à la mairie de St Maur.Nos prochains rendez-vous :

Un barbecue convivial le dimanche 7 septembre à partir de 12h30

Dans le parc de l’accrobranche de Laleuf (à proximité du site des Tourneix, D 104 à St Maur)Participation : 5 euros par personne incluant, pour ceux qui le souhaitent, une initiation dès 11h au parcours aventure dans les arbres.

Réservation souhaitée : laleuf36@gmail.fr ou 02-54-27-19-69

Notre assemblée générale annuelle le vendredi 3 octobre à 20h30 Salle des fêtes de Luant

Pensez, si vous ne l’avez déjà fait, à renouveler votre adhésion pour l’année 2014 ou à devenir adhérents si vous le souhaitez.Nous comptons sur votre soutien et votre participation à nos actions pour montrer le dynamisme de notre association et l’attachement de tous à la qualité de vie des habitants, à la préservation de l’environnement et au maintien des activités de nos jeunes sur le site et à proximité.

 

La Nouvelle République du 19 mai 2014 – Tourneix : l’Adest grogne

Le projet de Pôle des sports mécaniques, défendu dans nos colonnes par Jean-Jacques Oliva, renforce la motivation de ses opposants.

L‘Association de défense de l’environnement et du site des Tourneix n’a pas l’intention de baisser les bras face au projet de Pôle des sports mécaniques. C’est en substance, ce que son président, Michel Christophe, affirme suite aux propos du représentant du promoteur Promo-Saxe, Jean-Jacques Oliva, dans nos colonnes (NR du 7 mai).

«  Impensable d’abandonner notre région  »

« Il y a maintenant quatre ans, la précédente municipalité de Châteauroux a décidé de vendre les Tourneix, rappelle Michel Christophe, président de l’Adest. Cette décision a été prise en méconnaissance totale des conséquences sociales, économiques et environnementales du projet d’implantation d’un circuit automobile sur ce site. Sa seule et inexacte justification, en guise de «  miroir aux alouettes  », serait le développement économique et l’emploi. Il suffit de se rendre, parmi de nombreux autres exemples qui pourraient être cités, sur le proche circuit du Vigeant (Vienne), pour se rendre compte de l’état de tristesse et de profond abandon de la campagne environnante et de l’absence de tout développement.-
« Pire encore, la réalisation du projet ne manquera pas de fragiliser, voir d’anéantir les nombreuses activités ludiques qui se sont développées au fil du temps », affirme Michel Christophe qui n’a pas apprécié que le représentant du promoteur « réapparaisse pour nous annoncer la funeste bonne nouvelle ».
Le président de l’Adest s’interroge à haute voix sur l’avancée supposée du projet : « Quelle surface disponible, autre que celle réservée au moto-cross, pour satisfaire aux mesures compensatoires ? Aucune. Le reclassement des associations existantes n’est-il pas une condition suspensive de la vente ? Peut-on sérieusement imaginer la coexistence durable entre bolides et enfants pratiquant le BMX ? Pourquoi maquiller le projet sous la forme d’une «  restructuration  » alors qu’il s’agit de raser tout l’existant, créé et payé par le contribuable, pour le remplacer intégralement par une nouvelle structure ? »
Michel Christophe se demande aussi où sont passés les partisans du projet. « Pendant la campagne électorale, nous n’en avons vu ni entendu aucun. Quant à l’association Pour un circuit à Châteauroux, quelles actions, quelles manifestations a-t-elle entrepris ? Aucune. »
Quant aux recours abusifs et à la loi Duflot, le président de l’Adest enrage : « Le promoteur imagine déjà le projet autorisé et attaqué, alors que l’autorisation n’est pas accordée. A cet égard, on ne voit pas comment la Dreal aurait donné quelque avis favorable sur un projet qui a été retiré et qui n’existe juridiquement pas. Si tel était le cas, il préjuge que les recours seraient abusifs. Or, si, par extraordinaire, du fait de la passivité de certains élus et décideurs locaux, un tel projet était autorisé, non seulement tout recours contre une telle décision serait bienvenu et fondé, mais ce serait alors une obligation morale pour nous tous de l’exercer. Il est impensable d’abandonner notre région et l’avenir de nos enfants à une activité bruyante, polluante et en décalage complet face aux graves enjeux environnementaux auxquels la planète entière est confrontée. »

X.B.

La presse en 2014 : infos provenant de la Nouvelle République

La Nouvelle République – Article du 7 mai 2014

Projet aux Tourneix : enquête publique après l’été

Où en est le projet de Pôle des sports mécaniques ? Après plusieurs mois de silence, le mandataire de l’investisseur a répondu aux questions de la NR.

A deux reprises, début mai, deux sites internet (www.motoplanete.com et www.lerepairedesmotards.com) ont consacré un article pour soutenir la pétition lancée par l’association Pour un circuit à Châteauroux (lire pour), en faveur du projet de Pôle des sports mécaniques sur le site des Tourneix, à Saint-Maur. On le sait, le sujet divise le paysage castelroussin depuis quatre ans. L’opposition des adhérents de l’Association pour la défense de l’environnement et du site des Tourneix – Adest – (lire ci-dessous) est farouche.

Promo-Saxe profite de la loi Duflot

Mais où en est véritablement le projet ? La NR a contacté Jean-Jacques Oliva, patron de PGO ingénierie, mandataire et maître d’œuvre de l’investisseur privé Promo-Saxe. D’emblée, il confirme l’information selon laquelle le permis de construire a été déposé en mairie de Saint-Maur par Promo-Saxe, avant d’être retiré peu de temps après. « Madame Duflot, ancienne ministre de l’Écologie, a fait voter une très bonne loi en juillet 2013, contre les recours abusifs. Nous avons redéposé le permis pour en bénéficier. » Une manière, pour le promoteur, d’anticiper l’avalanche de recours judiciaires promis par l’Adest contre le projet…
Concernant l’intérêt des motards et d’Internet pour le projet, Jean-Jacques Oliva n’est pas surpris. « Je pense que ça va se développer de plus en plus, à la fois chez les motards et les amoureux de l’auto. Jusqu’à présent, nous avons beaucoup entendu les opposants, mais il y a aussi des partisans. » Quand débutera l’enquête publique ? « Juste après l’été. Le permis d’aménager a pris plus de temps que prévu. Nous voulions être le plus exhaustif possible concernant la loi sur l’eau et les compensations sur les zones humides. Notre dossier repassera dans les services du ministère de l’Écologie avant l’été. Il a déjà fait l’objet de deux lectures auprès des services de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal), qui a donné un avis favorable. Les choses se passent avec beaucoup de travail. Nous affûtons nos arguments. »
Quand espère-t-il un début de chantier ? « On devrait pouvoir démarrer dès janvier 2015. Pour nous, le plus gros du boulot, au niveau des services de l’État, est fait. Nous souhaitons l’information la plus large possible durant l’enquête publique, en rappelant que l’investissement aux Tourneix est totalement privé. » En attendant, quelle que soit l’issue du dossier, Jean-Jacques Oliva dit « ne rien laisser au hasard. C’est, de loin, l’un des dossiers les plus complexes que nous ayons eu à traiter. »

pour

L’association Pour un circuit à Châteauroux, créée en 2012 « pour l’amour des sports mécaniques et contre l’autophobie ambiante. » L’association, présidée par Roger Chevreton, revendique 314 adhérents et 679 signatures de soutien en faveur du projet de Pôle des sports mécaniques aux Tourneix. Elle assure la communication sur Internet en diffusant des images fournies par le promoteur.

www.pouruncircuita chateauroux.fr

contre

L’Association de défense de l’environnement du site des Tourneix (Adest), créée en 2011, « contre le projet de circuit auto, pour préserver les activités sportives de nos jeunes et l’environnement. » L’association, présidée par Michel Christophe, revendique 300 adhérents et 2.000 signatures contre le projet. Elles ont été déposées le 22 février dernier, en préfecture, à l’issue d’une manifestation regroupant 400 personnes.

www.tourneix-adest.org

Xavier Benoit

La Nouvelle République – Article du 23 février 2014

Toujours mobilisés contre le projet des Tourneix

Châteauroux. Une nouvelle manifestation a eu lieu, hier, contre le projet  de circuit automobile. Les opposants ne désarment pas.

Pas question de faire demi-tour ! Les opposants au projet de circuit automobile, sur le site des Tourneix, à Saint-Maur, ont voulu, une nouvelle fois, faire passer le message qu’ils ne lâcheront rien.

«  Nous reviendrons s’il faut revenir  »

Leur objectif ? Obtenir l’annulation pure et simple du projet en question, qu’ils estiment « polluant, bruyant » et auquel ils reprochent « de ne pas tenir compte de leur existence. Les pouvoirs publics, s’ils acceptent la création de ce circuit, vont purement et simplement nous mettre dehors », explique Jérôme Pernin, président du Moto-club castelroussin, historiquement installé aux Tourneix. « Dans la foulée, le club d’aéromodélisme et celui de bicross devront également déménager. » Voilà pourquoi ils étaient dans la rue, hier, accompagnés par un cortège de soutiens, dont celui des écuries Laleuf, voisines du site, et, peu amènes à vivre, au quotidien, à côté de ce qu’elles craignent être « une vraie pollution, qu’elle soit de bruit, ou de gaz d’échappement ». Après un parcours en centre-ville, le cortège, fort d’environ 150 personnes, s’est rassemblé devant la préfecture, où une pétition contre la réalisation du circuit a été remise au préfet. « Nous ne lâcherons rien et s’il faut revenir, nous reviendrons. Ce ne sont pas les élections qui vont nous faire oublier nos revendications… »

Source : http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/Actualite/Environnement/n/Contenus/Articles/2014/02/23/Toujours-mobilises-contre-le-projet-des-Tourneix-1807005

La Nouvelle République – Article du 11 avril 2013

Tourneix :  » Votre analyse me semble succincte « 

Christian Blanlœil gère le site Laleuf loisirs.

Christian Blanlœil gère le site Laleuf loisirs.
Le circuit des Tourneix continue d’alimenter la polémique. Christian Blanlœil répond à Étienne Turpin.

Christian Blanlœil, responsable du site Laleuf loisirs, n’a pas goûté les interrogations d’Étienne Turpin à propos du projet automobile sur le circuit de Saint-Maur (NR du 4 avril).

« Monsieur Turpin, je vois que, vous aussi, appréciez la nature propre et le calme. Quant à votre analyse sur le combat que nous menons contre le projet d’un pôle automobile, elle me semble un peu succincte. »

«  Je me bats pour les habitants de Luant et Saint-Maur  »

« Nous sommes certes peu nombreux sur le devant de la scène ; pour autant, beaucoup d’adhérents des différentes associations, lorsque nous les rencontrons, nous rejoignent sur le fond mais ils ne sont pas habitués à s’exposer publiquement d’une part, ou craignent des représailles économiques pour leur association. Pour ma part, j’ai contacté des riverains du circuit de Nevers – Magny-Cours pour connaître l’impact des nuisances sonores sur l’immobilier et sur le développement des villages environnants. Non seulement il n’y a aucun impact sur l’économie de ces villages et de nombreuses maisons sont à louer (56 maisons à louer sur un village comptant un peu plus de 1.000 habitants). Je me bats donc également pour les habitants de Luant, La Penthière et Saint-Maur. Si ceux-ci avaient fait les mêmes recherches, je peux vous certifier qu’ils seraient plus vigilants par rapport à ce projet. En ce qui concerne Laleuf Loisirs, le parcours aventure dans les arbres, dans le souci du développement durable, nous avons fait les plateformes en pin Douglas (pin imputrescible sans traitement), tout le bois des ateliers et en protection des arbres est en acacia, abattu en forêt de Villedieu et préparé par nos soins. Pour ce qui est de la législation, nos dossiers de construction répondent aux règles en vigueur ; deux contrôles sont effectués chaque année : un sanitaire sur les arbres et un de sécurité sur les ateliers. Ceci nous permet d’avoir un agrément de la Direction départementale de la Jeunesse et des Sports (DDJS) afin de recevoir les centres de loisirs et clients indépendants. Je vous invite à venir sur notre site, tous les contrôles sont affichés. »

La Nouvelle République – Article du 06 avril 2013

Circuit des Tourneix : Philippe Élion s’explique

Quatre cents personnes ont manifesté, dimanche, contre le projet.

Quatre cents personnes ont manifesté, dimanche, contre le projet. – (Photo d’archives cor. NR, S. Delétang)

Le projet très contesté de Pôle de sports mécaniques aux Tourneix, continue à faire réagir. Ainsi, un militant vert répond à Étienne Turpin.

Étienne Turpin s’interroge (NR de jeudi) à propos du projet automobile sur le circuit de Saint-Maur et a estimé que les opposants défendent des intérêts particuliers. Il cite notamment Philippe Élion, ancien conseiller municipal de Châteauroux, militant d’Europe Écologie-Les Verts, qui avait qualifié dans nos colonnes ce projet« d’imbécile et dangereux ».

Ce dernier, a son tour, souhaite répondre et « ne polémiquer en rien avec ce lecteur qui a participé à la dernière manifestation, ce qui est plutôt bon signe ».

L’arbre qui cache la forêt

L’ancien élu précise que « ces quelques pneus abandonnés ne doivent pas être l’arbre qui cache la forêt. Ce qui serait un comble en ce lieu, jusqu’à présent relativement bien préservé. » Philippe Élion rappelle ensuite que EELV s’est élevé depuis le début contre ce projet de vente des Tourneix à un promoteur privé. « Je ne suis pas riverain du site ni chasseur de gibier d’eau. Je ne suis pas cavalier et encore moins motard. Je ne pratique pas le BMX, ni l’aéromodélisme. Je n’ai aucun chien à faire courir et ne suis pas davantage « actionnaire » de Laleuf Loisirs. En somme, je suis un citoyen habitant la Cac, soucieux des deniers publics, très certainement, mais aussi, et plus encore, soucieux de la qualité de notre environnement ».
Le militant d’EELV estime que ce projet de circuit automobile serait « une véritable catastrophe écologique ».
« Merci, en tout cas, à M. Turpin de soutenir activement les actions de l’Adest et à bientôt car la lutte continue », conclut Philippe Élion.

J.-F. L.

La Nouvelle République – Article du 04 avril 2013

Circuit des Tourneix :  » Un bon projet pour le territoire ? « 

Étienne Turpin s’interroge à propos du projet automobile sur le circuit de Saint-Maur. Selon lui, les opposants défendent “ des intérêts particuliers ”.

Je suis Castelroussin et j’aime mon territoire qui recèle des trésors culinaires, architecturaux et paysagers. Je pense que nous n’avons jamais su valoriser notre territoire. Pourtant, il y fait bon vivre. […] Il serait dommage aujourd’hui de céder aux sirènes du développement non ou mal maîtrisé, au risque de détruire la seule chose qui nous reste : notre patrimoine.

«  Et l’intérêt général ?  »

On nous a annoncé, il y a maintenant deux ans, la vente par la ville de Châteauroux du site des Tourneix à une société d’investissement pour la création d’un pôle de sports mécaniques. […] J’ai assisté ce samedi à Châteauroux, à une manifestation de gens opposés au projet porté par cette société d’investissements qui envisage d’y investir, nous dit-on, près de 12 millions d’euros. […]
Tout comme Philippe Elion (EELV), qui a qualifié récemment dans vos colonnes ce projet d’imbécile et dangereux, j’aime sortir en famille le week-end, me promener aux Tourneix, profiter à pied ou à vélo des chemins de randonnées. Je me sens donc directement concerné par ce projet et souhaite obtenir réponse à la question que je me pose : ce projet de circuit automobile est-il bon ou néfaste pour notre territoire ?
L’Association de défense de l’environnement du site des Tourneix (Adest) regroupe une multitude d’opposants dont les intérêts divergent. Tout d’abord les défenseurs de la nature qui ne semblent pourtant pas se soucier de l’état actuel du site. Philippe Elion n’a pas dû y aller se promener depuis très longtemps ! Car vous y trouvez une vingtaine de pneus de motocross jetés dans le fossé comme en témoigne la photo prise la veille de la manifestation. Or, personne ne semble s’en émouvoir.
Ensuite, les associations. En réalité, seul le Moto Club castelroussin affirme aujourd’hui son opposition au projet. Et on comprend mieux pourquoi désormais. En effet, le site actuel ne respecte aucune réglementation, ce qui permet aux motos de s’autoriser beaucoup de choses, comme de jeter les pneus dans la nature par exemple. […]
Les riverains enfin qui se comptent sur les doigts de la main et dont Christian Blanlœil se veut le porte-parole. Ce dernier avance lui aussi des arguments environnementaux pour justifier sa position. Mais les installations de loisirs qu’il a créées dans la forêt de Laleuf ont-elles été autorisées ?
Aussi, j’en suis convaincu désormais, tous les opposants défendent en réalité des intérêts particuliers […]. Et l’intérêt général dans tout ça ? Et l’intérêt pour notre territoire ? Je pense que la réponse apparaîtra d’elle-même au moment de l’enquête publique, au moment où nous pourrons enfin prendre connaissance de la véritable teneur du projet.

La Nouvelle République – Article du 31 mars 2013

Circuit des Tourneix : les opposants battent le pavé


Les manifestants se sont fait entendre.

 Les manifestants se sont fait entendre. – (Photo Cor. NR, Stéphane Delétang)

Châteauroux. Près de quatre cents personnes ont manifesté hier, en centre-ville, contre le projet de circuit automobile.

Ils sont tous venus : les membres du Moto-Club castelroussin, ceux du centre équestre de Laleuf, les adhérents au club de BMX, et les amateurs d’accrobranche. Tous réunis sous la même bannière, celle de la contestation.

 » Dix hectares de bitume « 

Ils s’étaient donné rendez-vous au pied du Château Raoul, sur le mail Saint-Gildas, pour mener la fronde contre le projet de création d’un circuit automobile privé, qui pourrait voir le jour sur le site des Tourneix, à Saint-Maur, et empiéter ainsi sur une partie des terrains qui leur sont à ce jour attribués. « Cela va ajouter dix hectares de bitume et de béton dans un endroit jusqu’ici préservé, explique un manifestant. Vous imaginez ? Le circuit sera ouvert 300 jours par an, à des voitures de grosses cylindrées, avec le bruit que cela va induire, et la pollution pour l’air, et l’eau de la rivière et des étangs. Qui plus est, cela va entraîner la destruction des investissements réalisés sur le site depuis dix ans et financés par nos impôts, soit 1,5 million d’euros ! Et il va bien falloir repayer, en plus, pour nous réinstaller quelque part ! »
Au total, près de 400 personnes ont bravé la pluie et damé le pavé castelroussin pour se faire entendre, n’hésitant pas à sortir l’artillerie lourde, à l’image de plusieurs motocross et d’un troupeau de chevaux qui n’est pas passé inaperçu. « Au plan écologique et économique, c’est une aberration », explique Fred, de l’association qui gère l’accrobranche. Pour contrer encore un peu plus le projet, pour l’instant validé par le conseil communautaire, une habitante des lieux envisage de donner au site une vocation historique, liée aux batailles menées par le général Bertrand. Cela sera-t-il suffisant ? La balle est dans le camp des élus.

Christophe Gervais

La Nouvelle République – Article du 29 mars 2013

Un projet imbécile et dangereux

Europe Écologie les Verts soutient la manifestation de l’Adest contre le projet des Tourneix, demain. Philippe Elion dénonce, au nom d’EELV, le projet porté par l’investisseur Promo-Saxe.

« Qui n’est jamais allé sur le site des Tourneix ? Pour une randonnée à pied ou à VTT ou à cheval. Certes, il s’y déploie aussi d’autres activités un peu plus bruyantes et polluantes, mais rien de comparable avec les nuisances sonores d’un circuit automobile. On ne s’adresserait plus vraiment au même type de public ! On tournerait le dos au citoyen lambda, pour laisser place à des bobos stressés et friqués, pour en imposer au Berrichon peut-être pas très futé… mais qui voit avec effarement que la Ville s’apprête à vendre un site où les deniers publics ont déjà été investis en abondance depuis quelques années. Le non-sens environnemental d’un tel projet est ce qui sidère le plus les riverains et utilisateurs du site mais aussi les écologistes. Ce n’est pas acceptable du point de vue de l’inévitable dégradation du site. La forêt domaniale de Laleuf jouxte le site concerné. Elle fait partie d’une Znieff (Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique) […] En raison de la proximité du Parc naturel régional et de la directive Natura 2000, on doit s’interroger sur l’éventuelle illégalité de ce projet, sans aucun intérêt social ni économique et encore moins sportif ! […] A ce qu’il me semble, la Cac et la Ville de Châteauroux ont approuvé l’une et l’autre et à juste titre des Agendas 21. Quelle contradiction affligeante ! Ne laissons pas se mettre en place un projet imbécile et dangereux qui n’aura aucune retombée sur l’économie locale […] La Ville ne peut pas vendre à quelque promoteur que ce soit, des terres en partie cultivées, des bois, des chemins de randonnée… pour y implanter un circuit automobile ! […] Châteauroux doit conserver sur son flanc ouest un patrimoine naturel de qualité […] »

La Nouvelle République – Article du 29 mars 2013

Circuit des Tourneix : quand l’histoire s’en mêle

La propriété de Laleuf a été inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 2009.

La propriété de Laleuf a été inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 2009.

Laleuf, ancienne propriété du général Bertrand, est un lieu de mémoire en danger. Elle se situe à 700 m du futur circuit, estiment José Pépin, historien, et Pierre Remérand, délégué départemental de la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF). « On sait l’impact environnemental désastreux que pourrait avoir la construction d’un circuit de F1, sur le site des Tourneix. On est là dans un paysage typique de la Brenne. Au XVIIIe siècle, la carte de Cassini nous montre déjà des bois, des étangs, des îlots de cultures. Le domaine des Tournais y figure, environné du chapelet d’étangs du bassin de la Claise », rappellent-ils en préambule.

 Le général Bertrand avait agrémenté le château

Mais leurs inquiétudes se concentrent surtout sur le patrimoine historique. « Menacé par les vrombissements de la F1, le domaine de Laleuf est en effet un élément exceptionnel et original du patrimoine de l’Indre, reflet de l’art de vivre à la campagne aux XVIIIe et XIXe siècle. Le château fut construit à partir de 1761, par le grand-père du maréchal Bertrand, Gatien-Martin Bouchet (1714-1787), inspecteur général des Ponts-et-Chaussées, premier ingénieur des turcies et levées du Roi. Son harmonie et ses belles proportions en font un bon exemple de l’architecture de l’époque. Les similitudes avec l’hôtel Bertrand, à Châteauroux, sont d’autant plus frappantes que les deux édifices sont l’œuvre de Bouchet. » Mais ce qui marque surtout les historiens, c’est l’un des propriétaires. « Le général Henri-Gatien Bertrand (1773-1844), grand maréchal du palais et fidèle compagnon de Napoléon à Sainte-Hélène. Il s’est attaché à cette propriété familiale, a agrémenté le château par une galerie néoclassique et a donné à la ferme voisine son caractère particulier, avec ses immenses granges couvertes d’ardoises, à l’architecture palladienne, assez exceptionnelle pour notre région. Les bâtiments actuels, complétés par un jardin clos de murs de pierres de taille et les métairies voisines, constituent un remarquable ensemble inscrit dans un paysage de bois, de champs et d’étangs, non altéré jusqu’à ce jour. Dans le périmètre concerné par le circuit des Tourneix, la ferme fortifiée de Grandeffe, datant du XVe siècle, au bord de son étang, est un autre lieu patrimonial remarquable aux portes de Châteauroux », affirment José Pépin et Pierre Remérand.

(1) L’Association de défense de l’environnement du site des Tourneix (Adest) organise une manifestation, samedi 30 mars, à 10 h, au départ du mail Saint-Gildas, à Châteauroux.

X.B.

La Nouvelle République – Article du 13 mars 2013

Tracts et manifestation contre les Tourneix

L’Association de défense de l’environnement du site des Tourneix (Adest) avait pris position, hier, sur le marché de Châteauroux pour distribuer des tracts invitant la population à s’opposer au projet de circuit automobile à Saint-Maur, à la limite de la zone Natura 2000. « C’est la dernière ligne droite, alertent les opposants. Le promoteur, la société d’investissement Promo-Saxe, vient de déposer toutes les demandes d’autorisation d’aménagement du site. »
Des opposants parmi lesquels cinq des six associations qui occupent le site actuellement « et qui n’ont toujours pas été relogées ».
Vendredi, les membres de l’Adest ont rencontré le directeur de cabinet du préfet, pour exprimer leurs inquiétudes face à ce projet « synonyme de bruit, de pollution et de destruction de l’environnement ». Ils invitent la population à les rejoindre, samedi 30 mars, à 10 h, lors de la manifestation qu’ils organisent au départ du mail Saint-Gildas, pour dire « Non au projet automobile » et « Oui à la qualité de la vie ».

La Marseillaise – Article de décembre 2012

Circuit des Tourneix : permis de construire et d’aménagement déposés en mairie

Alors que les riverains opposés au projet d’agrandissement du circuit automobile des Tourneix imaginaient le dossier mort-né, les permis de construire et l’étude d’impact viennent d’être transmis par la commune de Saint Maur à la DDT (Direction Départementale des Territoires) pour examen.

Depuis la signature du compromis de vente il y a un an entre la CAC et la société d’investissement Promo-Saxe, les porteurs du projet de circuit automobile privé gardaient le silence. Après l’annonce de la création d’un pôle de sports mécaniques, les réactions s’étaient multipliées et les riverains organisés en association de défense.

Le dernier soutien en date arrive de l’association de défense de l’environnement Indre Nature. Dans un communiqué publié le 17 décembre dernier, l’association juge le projet « non-grenello compatible, néfaste, inutile et gaspilleur de ressources précieuses où qu’il s’implante. Au regard du bouleversement climatique, de la crise énergétique, de l’érosion dramatique de la biodiversité, du morcellement grandissant des écosystèmes, il est impossible que certains hommes d’affaires et élus nous fassent croire qu’un tel projet soit d’intérêt général. Et ce ne sont pas les quelques mesurettes écologiques (pause de nichoirs et bassin de lagunage) mise en avant par les porteurs de projet, qui feront passer la pilule ».

Début décembre, lors du dernier conseil municipal, c’est l’élue communiste Chantal Delanne qui avait demandé au maire-président de la CAC, Jean François Mayet, si le maintien du vote des subventions (20 400 euros au total) pour les associations présentes sur le circuit sous-entendait que le projet d’agrandissement avait capoté. Aucune réponse ne lui avait été fournie.

Depuis, l’eau avait coulée sous les ponts. Les opposants au projet n’ayant plus de nouvelle, ils imaginaient être tranquilles. « Nous avons pu acheter la ferme et la vingtaine d’hectares de bois qui bordent le site des Tourneix, raconte Christian Blanloeil, secrétaire de l’ADEST (Association de Défense de l’Environnement du Site des Tourneix) et entrepreneur riverain du projet. Si les promoteurs avaient tout acheté, ils auraient pu nous contraindre à déménager notre activité. Il ne leur reste plus que cinq mois pour déposer les dossiers. Je suis convaincu que cela ne se fera pas ».

Mais, comme dit le proverbe, il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

« Tout est déposé en mairie, annonce confiant Jean-Jacques Oliva, porteur du projet. Les permis de construire et d’aménagement ont été déposés en novembre et l’étude d’impact sur l’environnement (bruit, flore, rejet d’eau, …) en décembre ». Depuis, la mairie de Saint Maur indique avoir transmis le dossier à la DDT, l’autorité compétente qui doit statuer sur la faisabilité du projet. L’enquête publique devrait suivre pendant le premier semestre 2013.

« On n’a pas fini de mobiliser les gens mais c’est difficile de se battre contre un fantôme, déplore Christian. Il n’y a rien de concret pour l’instant. Beaucoup de monde assiste à nos réunions mais le nombre d’adhérents n’est pas encore suffisant. Pour les gens, adhérer, même pour cinq euros, c’est compliqué. Je pense aussi qu’ils ont de plus en plus de réticence à apparaître sur des listes, être fichés ».

La prochaine étape pour l’ADEST est de se fédérer au niveau national avec d’autres associations confrontées au même problème d’implantation de circuit automobile. « Il faut qu’on continue d’être mobilisé, ajoute le secrétaire de l’ADEST. Je ne suis pas du tout favorable à la casse. En revanche nous devons montrer que nous sommes là ».

L’association sollicitera très prochainement un entretien avec le ministre du dialogue social, Michel Sapin et un autre avec le préfet qui doit lui aussi se prononcer sur le projet à la suite des conclusions de la DDT.

Florent Renaudier.

Nouvelle République – Article du 24/10/2012

Tourneix : Air Modèle défend son territoire

Air Modèle joue contre la montre
Pierre Lameurit harangue ses troupes sur la piste menacée par le projet de circuit automobile.

Rasséréné par les louanges des participants au championnat d’Europe de vol radiocommandé, Air Modèle n’a aucune envie d’abandonner son paradis.

Deux points forts évoqués lors de l’assemblée générale d’Air Modèle Châteauroux, dimanche, aux Tourneix : la réussite du championnat d’Europe et l’avenir de la piste, menacée par la création d’un circuit automobile privé. Le premier point donne le sourire au président Gautier, reconduit dans ses fonctions au cours de la séance : « Soixante-neuf pilotes venant de vingt-cinq pays différents ont assuré un bilan financier positif pour la manifestation. » Alors, face à cet indéniable succès, la menace de voir le club privé de ses installations est effectivement rageante.

Prêts à acheter six hectares

Bref rappel des faits : la Cac, propriétaire du site sur lequel sont installés, outre la piste d’Air Modèle, le terrain de moto-cross du MC Castelroussin et le circuit automobile de Terre du Berry, a signé un compromis de vente avec des investisseurs privés. La vente définitive est liée à l’autorisation de créer, par ces mêmes investisseurs, un circuit automobile qui occupera l’ensemble du site. Un comité de défense a été créé et conteste ce projet en attaquant le dossier sur son versant environnemental. Jean-Bernard Gautier a fait le point sur ce dossier à ses adhérents : « Le compromis signé entre la Cac et les investisseurs courre jusqu’à fin 2013. Si, à cette date, les obstacles soulevés lors de l’enquête publique n’ont pas été levés, le projet pourrait être abandonné. »
Au cours de la discussion, les licenciés ont estimé que la contestation devrait remonter jusqu’au ministère de l’Environnement, tant un tel projet paraît incongru dans une zone classée Natura 2.000. Si tel n’était pas le cas, l’avenir d’Air Modèle s’inscrirait en pointillés, les possibilités d’accueil sur le territoire de Saint-Maur étant incompatibles avec les réglementations et les besoins.
Du côté d’Air Modèle, on suit donc avec attention l’écoulement du sablier. Mais, échaudés par cette alerte, les membres du club sont favorables à l’achat des six hectares de terrain nécessaires pour la pratique de leur activité lorsque le projet de circuit sera abandonné. Les finances du club sont saines et permettront cet investissement.

repères

Le club de modélisme aérien compte une quarantaine de licenciés dont la moitié participait à cette assemblée générale. Jean-Bernard Gauthier en est le président, assisté de Claude Henry (vice-président), Jacques Planeix (trésorier) et Roger Jensch (secrétaire). Il permet la pratique du vol radiocommandé sur le terrain des Tourneix et propose une école de pilotage ouverte aux enfants et aux adultes, école agréée par la fédération française. Pierre Laneurit en est l’animateur, Sadi Moreau, José Telleira et Serge Coulon les autres instructeurs. Le club proposera des démonstrations Indoor le 8 décembre prochain au gymnase de Saint-Maur à l’occasion du Téléthon.

Source : http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/communes/Saint-Maur/n/Contenus/Articles/2012/10/24/Tourneix-Air-Modele-defend-son-territoire

Nouvelle République – Article du 02/10/2012

Extension des Tourneix : « non grenello-compatible »

L’Association de défense de l’environnement du site des Tourneix a tenu son assemblée générale vendredi. Les adhérents étaient nombreux et mobilisés.

TOURNEIX

L’Association de défense de l’environnement du site des Tourneix (Adest) a tenu son assemblée générale, vendredi soir, dans la salle des fêtes de Luant. L’occasion pour le président, Michel Christophe, de prendre le pouls des troupes à l’heure de la rentrée. Pas d’inquiétude : ils étaient plus d’une centaine à participer à cette première réunion. Un incontestable succès.

Petit rappel historique : l’Adest s’oppose au projet d’agrandissement du circuit des Tourneix. Porté par la société Promo-Saxe, le dossier englobe, sur les soixante hectares du site installé entre Luant et Châteauroux, la construction d’une piste d’hélicoptère, d’un paddock de 4,7 hectares et d’un parking de 6.000 places. Entre autres.

L’importance de l’enquête publique

Placés aux côtés du maire de Luant, Bernard Ollier, qui se déclare lui aussi opposé au projet, les différents orateurs de la soirée ont méticuleusement démonté l’étude présentée par Promo-Saxe aux pouvoirs publics. « L’achat du terrain n’est pas régularisé. La convention pour l’élargissement de la départementale 104 n’est pas signée. La réinstallation des associations n’est pas assurée. Et la demande de permis d’aménager n’est pas même déposée. Rappelons que l’ouverture du circuit était programmée pour juillet 2012 ! » Trois nouvelles personnes, dont Jacky Thoonsen, président des Associations du site des Tourneix, ont fait leur entrée au sein du conseil d’administration. L’occasion pour le nouveau venu de rappeler que des sommes très importantes et publiques – 1,4 millions d’euros – avaient précédemment été injectées pour assurer la rénovation et les différentes mises aux normes des Tourneix. Si le projet va au bout, l’argent versé aura été dépensé inutilement. Comment mener le combat ? « Il faut tout d’abord contester les différentes étapes de la procédure d’obtention des permis de construire et d’aménagement. Il faut envisager tous les recours possibles. D’où l’importance de l’enquête publique, qui permettra à chacun de donner son avis motivé sur le projet. » Il a aussi été beaucoup question d’environnement, vendredi dernier, à Luant. Comme l’indiquait un récent courrier d’Indre Nature, « au regard du bouleversement climatique et de la crise énergétique, il est impossible que certains hommes d’affaires et élus nous fassent croire qu’un tel projet soit d’intérêt général ». Bref, pour Indre Nature, cette extension est « non grenello-compatible » !

Nouvelle République – Article du 17/09/2011

Projet des Tourneix : la résistance s’organise

Le circuit automobile envisagé par un promoteur privé sur le site des Tourneix soulève l’ire des riverains qui se sont réunis, jeudi soir, à Luant.

Le Sans-Souci. C’est ainsi que se nome le domaine de Michel Christophe, au carrefour des communes de Luant, Saint-Maur et Niherne. Des soucis, pourtant, le président de l’Association de protection de l’environnement du site des Tourneix en a. Cette structure, issue d’un collectif initié par Benjamin Prin, tente de mobiliser la population locale pour que le projet de circuit automobile aux Tourneix, ne voie pas le jour. Dans la salle des fêtes de Luant, jeudi soir, à moins de quatre kilomètres de là, cent trente personnes avaient répondu à l’appel, pour une réunion d’information. « On n’est pas contre quelque chose, on est pour, explique Michel Christophe. On est pour la biodiversité, pour la préservation d’un écrin de verdure exceptionnel, façonné depuis cinquante ans ; il paraît totalement surréaliste d’envisager un projet d’une telle ampleur sur ce site, pour faire rouler des bobos qui vont descendre de Paris. »  » Des bobos descendus de Paris  »

« L’activité actuelle, quatre ou cinq courses par an, plus quelques entraînements, on l’accepte, poursuit Benjamin Prin. Elle est bien gérée. Mais là, on nous parle de trois cents jours d’utilisation par an. » Bruit, dépréciation immobilière, pollution, destruction de l’environnement pour agrandir le site et ses accès, sont autant d’inquiétudes. Sur l’estrade ou dans la salle, des riverains des circuits de Bonnat (Creuse) ou La Châtre, ont fait part de leur douloureuse expérience. Christian Blanloeil, gérant du site de Laleuf, a également appelé un maire proche de Magny-Cours pour s’enquérir de son ressenti. Les opposants au projet sont toutefois dans l’expectative pour le moment : « Les gens ne sont au courant de rien, tout se trame dans leur dos, il n’y a aucune information qui circule, reprend Michel Christophe. Je n’ai jamais eu aucun contact avec le promoteur du site. Ce que nous savons, c’est par la presse. » L’association envisage désormais de faire connaître sa position lors de l’enquête publique à venir et de financer des études d’impact et sonores indépendantes. Autre piste évoquée : « Trouver une solution pour débarrasser la mairie de Châteauroux de ce terrain dont elle ne veut plus. Pourquoi pas se grouper pour le racheter ? Les jeux ne sont de toute façon pas faits puisque le permis d’aménager n’a pas encore été déposé. C’est nous qui pourrons influer sur la décision finale, qui revient au préfet. »

Thierry Roulliaud

Notre action se poursuit!

Un grand merci à tous ceux qui ont pu, malgré le mauvais temps, participer à notre manifestation du 22 février au cours de laquelle nous avons déposé à la préfecture une pétition regroupant 2000 signatures.

Le projet de circuit automobile est toujours à l’étude et va probablement s’accélérer après les élections municipales.

Nous comptons sur chacun d’entre vous, adhérent ou sympathisant, pour expliquer autour de vous le caractère antisocial et antilocal de ce projet ainsi que ses multiples nuisances. Le moment venu, soyons le plus nombreux possible à manifester notre désapprobation profonde au cours de l’enquête publique.

Nous existons, montrons le!

Le Tourneix en question au Sénat

Question écrite n° 09301 de M. Jean-Vincent Placé (Essonne – ECOLO)

publiée dans le JO Sénat du 21/11/2013 – page 3337

M. Jean-Vincent Placé attire l’attention de M. le ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur la situation du site des Tourneix dans la région de la Queue-de-Brenne.

La région de la Queue-de-Brenne dans laquelle se situe le site des Tourneix est reconnue pour la richesse de la faune et de la flore locales. La remarquable biodiversité de cet environnement, classé zone humide d’intérêt international conformément aux critères de la convention relative aux zones humides d’importance internationale, particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau, dite convention de Ramsar, et zone de protection spéciale (ZPS) dans le cadre du réseau Natura 2000, en fait un espace rare à protéger.

L’équilibre de ce site est menacé par la construction imminente d’un circuit automobile sur un terrain récemment acquis par un promoteur privé auprès de la commune de Châteauroux. Les habitants dénoncent les problématiques environnementales mais aussi socio-économiques que soulève un tel projet. Ils craignent une contamination des eaux des nombreux étangs alentours, le déséquilibre du cycle de migrations des oiseaux, une pollution sonore nuisible à la qualité de vie des riverains, des difficultés dans le relogement des associations qui utilisaient jusqu’alors les infrastructures de la ville, ainsi que le poids de ce projet pour les finances publiques. Ils auraient souhaité être associés au processus de construction du projet aux côtés des autres parties concernées afin de trouver une alternative préservant l’intérêt général des habitants de la commune.

Il attire son attention sur la situation de la région de la Queue-de-Brenne et lui demande quelle est sa position sur le sujet.

En attente de réponse du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

source : http://www.senat.fr/questions/base/2013/qSEQ131109301.html